Les différentes techniques

Plusieurs techniques ou instruments peuvent être utilisés par un acupuncteur dans le cadre d’un traitement.

L’aiguille est l’outil le plus commun et le plus connu pour stimuler points d’acupuncture. Elle est différente des aiguilles destinées à l’injection de médicaments et de vaccins. Pour cette raison, on la qualifie « d’aiguille sèche », car très fine et ne permettant pas d’injecter de liquide. C’est sa finesse, associée aux techniques précises qu’utilisent les acupuncteurs, qui rendent les traitements d’acupuncture pratiquement indolores. Il existe plusieurs calibres et plusieurs longueurs d’aiguilles afin d’adapter la stimulation au gabarit du patient et à la zone du corps. Les aiguilles sont obligatoirement stériles et à usage unique.

La moxibustion est une méthode permettant de chauffer les points d’acupuncture ou certaines régions du corps. La stimulation obtenue engendre une réaction différente que par la stimulation à l’aiguille.

La combustion de l’armoise est traditionnellement utilisée bien qu’il existe désormais des outils électriques qui émettent à la même longueur d’onde que l’armoise sans produire de fumée.

L’utilisation du laser pour stimuler les points d’acupuncture est relativement récente, particulièrement à l’échelle de l’histoire de la médecine orientale. Il s’agit d’une pratique en pleine évolution qui élargit les possibilités thérapeutiques de l’acupuncture.

Les stimulations de points ou de régions du corps peuvent varier en durée et en intensité. Des précautions spécifiques au laser utilisé doivent être prises afin de protéger le patient et l’acupuncteur.

La stimulation électrique des points d’acupuncture peut se faire en reliant deux aiguilles ou en utilisant des électrodes et un gel conducteur. Les stimulateurs de type TENS (transcutaneous electrical nerve stimulation) sont généralement employés.

La fréquence et l’intensité de la stimulation sont contrôlées par l’acupuncteur qui les détermine en fonction de la condition à traiter.

Les ventouses sont utilisées pour créer une succion sur la peau en retirant l’air de l’intérieur de la ventouse. Différentes méthodes peuvent permettre de retirer l’air de la ventouse telles que la pompe, le feu ou le trempage dans l’eau chaude.

Les ventouses varient en taille et peuvent être faites de verre, de bois, de plastique ou de silicone. Elles peuvent être laissées en place ou glissées sur la peau.

Outre l’acupuncture, la médecine traditionnelle orientale utilise d’autres modalités thérapeutiques, notamment la pharmacopée traditionnelle, le massage Tuina et le Qi Gong médical. Plusieurs acupuncteurs, dans le cadre de leur formation initiale ou en formation continue, ont développé des compétences dans ces autres modalités thérapeutiques. Il est donc probable que votre acupuncteur vous propose des interventions basées sur ces modalités thérapeutiques.

Bien que ces actes ne soient pas pour l’instant encore réservés, l’acupuncteur qui les pose est considéré agir dans le cadre de sa profession lorsqu’il le fait.

Considérant que ces modalités thérapeutiques requièrent le même niveau de professionnalisme que l’acupuncture elle-même, l’OAQ requiert que ces modalités soient désormais encadrées au même titre que toutes les autres activités médicales et soient réservés aux seuls professionnels de la santé dûment accrédités et entreprend les démarches requises auprès de l’Office des professions à cet effet.

2016-2018 © L'Ordre des Acupuncteurs du Québec Tous droits réservés Légal Créativité numérique :